Alternatives

1. Du courant électrique éolien importé depuis l'Europe du Nord

"Il me semble surtout intéressant d'importer du courant éolien de l'Allemagne. Cela nous aidera à réduire les coûts d'exploitation des centrales de pompages-turbinage..." -  Doris Leuthard, "24 Heures" du 21 avril 2012

Les scientifiques de l'ETH de Zurich avaient constatés en 2011 que la Suisse a tout intérêt de se lier davantage avec l'UE dans le domaine de l'électricité. Beaucoup de pays ont  les mêmes défis que nous à maîtriser. L'UE planifie un réseau électrique de 500 kV en courant continu s'étendant au continent entier ("Supergrid"). ABB a développé la technologie pour le faire. Les premiers segments d'une ligne sont déjà en construction entre la Norvège et le Maroc. La Suisse entend se joindre aux négociations.

Quand en Allemagne ou à Danemark  la production du courant électrique éolien est très forte, le prix du courant tombe sur le marché international, puisque les centrales à charbon ne peuvent pas être arrêtés sur brève échéance. Ce courant électrique éolien, bon marché mais irrégulier, est acheté par nos entreprises électriques pour pomper de l'eau dans les lac de barrages. Il est à noter que le prix du courant éolien venant de l'étranger est meilleur marché que celui du courant éolien produit chez nous vu l'efficacité  supérieure des éoliennes de la mer du Nord, connue pour ses vents forts et continus. La Suisse par contre n'est pas un pays à vent (voir la carte actualisé des vents). Alors, pourquoi  veut-on à tout prix construire des grandes installations éoliennes chez nous?  Axpo et BKW, mais d'autres entreprises aussi, ont déjà décidé de construire ou d'acheter des éoliennes industrielles ailleurs, la oû il y a du vent.


2. Les capteurs solaires thermiques

Exemple: un panneau de 4 m2 produit dans nos contrées de l'eau chaude pour deux personnes et économise ainsi env. 1 MWh par an de courant électrique. Autre exemple: en stockant de l'eau chaude en été dans de grands  réservoirs souterrains, on peut chauffer un bâtiment pendant tout l'hiver. Ce genre  d'installations  se fait sans entorse au paysage.  

 
Un réservoir "solaire" d'eau chaude à 200'000 l pour chauffer un immeuble de 8 appertements  tout l'hiver (Burgdorf BE)


3. Le biogaz

Exemples: Sol-E-Suisse, une société crée par les BKW, planifie une installation de biogaz à Avenches qui devrait produire 4 GWh de courant électrique par an. Groupe-E Greenwatt SA installe un site de production de biogaz  à Bellechasse.  Le biogaz représent un potentiel de production énergétique  limité mais non négligeable. Le carburant bio est par contre une source d'énergie problématique. 


4. Photovoltaïque

"Nous avons 150 km2 de toits dans le pays qui pourraient être utilisés à des fins pareils !" (Dr. Stefan Novak, chef du programme de recherche photovoltaïque, Office fédéral de l'énergie,  voir www.photovoltaik.ch). Théoriquement, la production électrovoltaïque sur 150 kmde toits produirait env. 25% de notre consommation actuelle en courant, mais une tranche de la production partira pour le pompage d'eau dans les lacs de barrage. Le développement de l'électrovoltaïque  sur une grande échelle nécessitera la construction d'un réseau "Smartgrid"


Image : 90 m2 de panneaux électrovoltaïques et 4 m2 de panneaux solaires pour 100% des besoins énergétiques (chauffage, eau, cuisine, lumière, voiture électrique, l'énergie dite grise n'étant pas comptée)

Groupe-E Greenwatt S.A. produit du courant photovoltaïque sur plusieurs sites, voir www.Greenwatt.chUn panneau de 9 m2 produit env. 1MWh de courant électrique par an dans notre région. Les problèmes des coûts et d'esthétique peuvent être maîtrisés. Le Conseil fédéral limite la RPC à 30% des coûts de construction pour les petits ouvrages (villas etc.), il favorise les grandes installations industrielles par une RPC sur les kWh de courant électrique produites. C'est ainsi qu'un grand projet industriel comme "SolarPayerne" voit le jour. 


5. Forces hydrauliques

Les forces hydrauliques ont été exploitées à outrance dans notre pays depuis le 19ème siècle. Elles fournissaient 57,9% du courant électrique produit dans le pays en 2013. Les nouveaux  projets de petits ouvrages pour la production de courant électrique sont contestés pour la même raison que les éoliennes: la pesé des intérêts entre le biotope sacrifié et le rapport énergétique leur est souvent défavorable. 

 

6. Géothermie 

Le potentiel de la géothermie est important. Des pompes à chaleur à peu de profondeur sont répandues dans le pays. Mais les installations de géothermie profonde à haute température se font attendre.  Pourtant, des réalisations importantes aux États Unis  (production globale 27 '000 GWh par an en 2014) et ailleurs existent.  Un projet suisse pour une installation à une profondeur de quelques km qui rivalerait en productivité avec une grande centrale nucléaire se discute actuellement.


 

7. Les possibilités d’économies



Les possibilités d'économie en énergie électrique sont nombreuses. La Confédération traite les économies en détail dans son  concept "EnergieSuisse 2011-2020" (voir www.bfe.admin.ch...). L'industrie est déjà active dans ce domaine. Le canton de Fribourg a lancé la publicité "OFF".

Exemple: des dizaines de milliers d'appartements possèdent encore des chauffages électriques directs qui marchent même quant l'appartement n'est pas occupé.  L'installation de pompes à chaleur à la place des chauffages électriques s'impose. 

Exemple: en Suisse nous consommons actuellement environ 1'000 GWh par an pour l’éclairage public. En utilisant des installations plus modernes on pourrait  économiser 500 GWh.  Groupe-E propose aux communes des installations peu gourmandes en énergie pour l'éclairage public. D'autres pays comme la Turquie ont déjà complètement adapté leurs éclairages publiques pour économiser du courant électrique, pourquoi pas nous ? 

Exemple: les efforts déjà consentis dans la construction (isolation; chauffage passif en hiver par le soleil; refroidissement passif en été) sont encore insuffisants. 1% des bâtiments existants sont renovés thermiquement chaque année, c'est peu.  Les villes qui adhérent activement au principe d'une future "Société à 2'000 Watt" (Zürich, Bâle, Berne etc.) montrent le chemin à suivre.  On note bien que "vivre à 2'000 Watt" veut dire  utiliser 17.5 MWh par an et par personne, toute forme d'énergie finale confondue et  la voiture, le train et l'avion comprise. A ce chiffre s'ajoute la part de l'énergie consommé dans l'industrie et sur la place publique et même l'énergie grise.



8. Les futures technologies énergétiques

C'est trop tôt de même parler de fusion nucléaire ou des centrales nucléaires fonctionnant avec du Thorium au lieu d'Uranium. Ces technologies sont loin d'être au point.